Frédéric Muñoz, Resmusica.com

Malgré une discographie déjà importante de ces œuvres, la version originale de Jean-Luc Ho s’offre à nous comme un bouquet harmonieux tant par le choix de six clavecins dédiés à chaque partita, que par une interprétation intérieure et poétique […] Cependant, ce qui prévaut le plus dans cette nouvelle approche de cet imposant ensemble est bien le jeu même de Jean-Luc Ho. On est frappé par un choix de tempi toujours raisonnés et éloignés de toute vitesse inutile. Chaque note est chantée, ce qui est rare au clavecin, qui ne s’y prête pas forcément. Il y a aussi une subtilité rythmique étonnante, d’attente imperceptible de notes, de mise en valeur d’un accord rare, ou de subtils décalages afin qu’à chaque instant il y ait bien une corde qui vibre quelque part pour la cohésion du son et de l’ensemble du discours […] Grâce à cette version lumineuse, les partitas de Bach rayonnent à souhait, soutenues par une prise de son réaliste et apaisante.  Lire l’article complet